Une femme

Tout de suite, par les premiers mots qu’il lui adressa, il tint à la prévenir qu’il ne voulait pas s’engager dans une liaison trop sérieuse. Voici à peu près ce qu’il lui dit : « je t’aime beaucoup, et dans ton intérêt, je te propose que nous soyons prudents pour ne pas nous mettre en danger. Il n’avait même pas le courage ou la lucidité de lui dire la vérité,  ne t’accroche pas à moi, ne rêve pas de notre relation. C’était lui qu’il avait besoin de protéger. Elle, il s’en fichait comme d’une guigne.

Il lui servait régulièrement des fadaises éculées : « Garde du léger et de l’imprévu. Rien n’est plus morne et triste qu’une relation où tout est  planifié ». Bref il lui disait qu’elle était un bouche trou agréable, mais un bouche trou quand même dans son emploi du temps d’homme sérieux. Une maitresse tenait plus de la prostituée attitrée que de la compagne de tranches de vie. Un objet pratique d’hygiène quoi. Charmant.

Un homme sérieux, oui sans doute, il manipulait chiffres et humains à longueur de journée, engageait des euros qui ne sortaient pas de sa poche, palabrait des heures dans d’interminables réunions inutiles où pourtant il n’était pas possible de ne pas être. Paradoxe qu’elle ne parvenait npas à comprendre.

Aujourd’hui il lui avait expliqué qu’il avait du subir le plaidoyer d’un de ses dirigeants contre l’organisation qui ne fonctionnait pas bien. L’organisation ? Comment un machin virtuel dessiné amoureusement en huis clos des heures durant pouvait-il bien ne pas bien fonctionner. Il est parfait, on l’a payé suffisamment cher ; l’ armée de cerveaux nomades du grand consultant de la place ne peut pas se tromper. Non, non, vous vous trompez mon ami, cela n’a rien à voir avec la réorganisation. Ce sont les hommes qui résistent, des paresseux. C’est bien connu, cela traine dans tous les livres de management. L’organisation est hors de cause, elle est intelligente, logique, rationnelle, très claire. Même un enfant de cinq ans peut la dessiner et la comprendre. Alors débrouillez vous ! Remotivez vos troupes ! Exécution !

Elle regardait le bout ses Versace en marchant, écoutant le fer de ses talons frapper le goudron. Elle se demandait s’il avait été militaire tant son pas était régulier, le claquement de ses ordres et des chaussures aussi. Sans doute que les employés dont il parlait n’étaient eux aussi que des objets, des êtres déplaçables d’un poste à l’autre au gré des mouvements. Des êtres qui auraient dû se réjouir d’avoir du travail en ces temps abruptes de crise. Du travail, et dans une entreprise de prestige. In-ter-na-tion-ale.

Elle avait été amusée de sa cour – brève parce qu’il ne faut pas perdre de temps  –  ses prévenances – qu’elle ne croit surtout pas qu’il était une sombre brute égoïste –  et un rien, oh juste un soupçon de déférence – oui oui il avait de l’éducation. Elle lui avait donné toute licence de la contacter quand il voulait, comme il le voulait. Elle avait été curieuse de voir comment il se comporterait sans ses costumes bien mis.

Le temps de la découverte et du jeu était fini. Les confortables fauteuils club des grands hôtels parisiens ne la faisait plus frissonner. Les soirées à l’écouter parler de lui, encore et encore, lui donnaient la migraine. C’était peut être le bon moment maintenant de lui donner congé, comme un avant goût des licenciements à venir.

Publicités

4 réflexions sur “Une femme

  1. L’habitude de commander… l’habitude d’être le point de mire parce qu’il est riche et puissant. l’amour et l’amitié s’achète et se vend, parce qu’il n,y a une seule réalité dans ce monde, le fric.

  2. Tili, je ne sais pas si j’oserai l’écrire et la publier
    😀

    Moukmouk, cela prend surtout du courage et beaucoup de persévérance d’enlever les œillères….

  3. Bravo.

    J’aime l’ambiance. Des phrases courtes qui vont à l’essentiel, bien aiguisées. On sent la tension montée.

    Côté réalisme on y est.

    Un bon début.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s