Edition du livre photo : comment mener à bien son projet éditorial

Mardi, un copain m’envoie un flyer qui annonce une rencontre jeudi avec des photographes, des éditeurs et des libraires autour du livre photo à la Bibliothèque Château d’eau. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Les meilleurs moments vidéo seront sur http://www.photographie.com

C’était bondé et passionnant.

Quelques chiffres impressionnants pour commencer.

Un livre « dure » entre 3 et 12 mois – c’est le délai qu’ont les libraires pour retourner un livre qui ne « marche » pas. Une nouveauté chasse l’autre. J’ai noté 500 nouveautés par mois mais j’ai un doute…

Il faut vendre 1000 livres au moins selon l’éditeur pour retomber sur ses pattes en termes de frais. Le tirage moyen est d’environ 3000 exemplaires (2000 pour les livres de sciences humaines…)

Le panier moyen d’un acheteur à la libraire photo est de 30 euros (pour les livres « à texte », les gens comment à hésiter à partir de 15 euros).  Quelques livres exceptionnels, qui se vendent assez bien, coutent quand même aujourd’hui entre 125 et 185 euros…

L’artiste touche au mieux 6% des ventes annuelles. Les frais de distribution représentent 48% du prix du livre…

En discutant avec mon voisin j’ai appris qu’un livre coutait entre 7000 et 11000 euros à fabriquer.

Les invités

Françoise Huguier, Nicolas Comment et Frank Loriau côté photographes, Dominique Gaessler – Transphotographic press  et Pierre Gaudin – Creaphis – côté éditeurs et Marc Pussemier libraire photographique. La séance était animée par Mathieu Nicol de l’association « révélation photo » qui organise aussi ce week-end un accrochage au comptoir général.

Ce que j’ai aimé

Le débat sur ce qu’est un livre, la complémentarité entre livre et accrochage.  La dimension possession du livre. Le tête à tête avec l’œuvre. La différence entre tirage et reproduction. La différence de relation au temps entre livre et exposition.

Pour eux tous un livre c’est une narration avec un rythme propre, rythme donné par le texte d’accompagnement ou rythme dans le choix de l’ordre des photos. On écrit par l’image. Aboutissement pour certains, accident pour d’autres.

Un livre c’est toujours une rencontre disent les éditeurs et les photographes. Rencontre entre un auteur et un éditeur. Rencontre et aventure, alchimie singulière qui se crée ou se tend autour d’un projet.  Les beaux projets sont les enfants des belles rencontres !

Publicités

2 réflexions sur “Edition du livre photo : comment mener à bien son projet éditorial

  1. 500 nouveautés… ça doit compter tous les titres y compris les romans, ce qui me semble possible. Il se publie de plus en plus de livres, parce que les couts de l’édition diminuent. Reste que c’est toujours un risque financier de lancer un livre.

  2. Réaliser un livre est plus un plaisir pour soi qu’un moyen de gagner sa vie, sauf quand on tire le gros lot. C’est un projet qui permet de passer de l’idée à quelque chose de concret, de donner une forme.

    Pouvoir toucher, sentir le fruit de cet accouchement offre un plaisir intense et tous les moments difficiles s’oublient.

    Le difficile c’est effectivement la rencontre entre le projet de l’auteur et celui de l’auteur. L’échange nourrit et permet d’aller de l’avant. Encore faut-il trouver cet éditeur ? Mais avec un projet riche on finit toujours par rencontrer ce complice.

    On ne devient pas riche, mais on peut quand même s’offrir une petite fête.

    Un beau chemin que celui de créer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s