La tournée d’automne

Ce roman québécois de Jacques Poulin est un petite merveille de délicatesse, de poésie, de tendresse, de douceur. Bref un délice truffé de québécisme, de paysages magnifiques et de rencontres chaleureuses. Bon évidemment quand on ne connait pas les villages évoqués cela perd sans doute un peu de son charme géographique mais pas de sa saveur littéraire.

« Le chauffeur » entame sa dernière tournée – c’est l’été – avec son Bibliobus de Québec en remontant vers le Nord. Il en fait trois par an, printemps, été automne. Pourquoi pas hiver ? Allez au Québec sur l’autoroute 138 et vous comprendrez que non, ce n’est pas une bonne idée. Il passe donc de village en village et s’arrête un jour ou deux là où il a un réseau. Un réseau de lecteur avec un chef de réseau, comprenez un habitant qui fait tourner les livres entre de nouveaux lecteurs d’un passage à l’autre. Ici la femme d’un pêcheur, ailleurs sun forestier ou encore une ancienne bibliothécaire à la retraite. Tout un petit monde qui aime lire et partager.

Avant son dernier départ, le chauffeur rencontre une fanfare, troupe de musiciens saltimbanques français qui finance son voyage en donnant de ci, de là une représentation. Dans ce groupe, une femme aux cheveux gris s’occupe de l’intendance et de l’huile dans les rouages. C’est Marie. Vers laquelle le chauffeur se sent très attirée parce qu’ils aiment les mêmes livres, les mêmes passages des mêmes livres et parlent de la même manière.

Le chauffeur est bien troublé parce qu’il avait prévu que ce serait sa dernière tournée. Parce qu’il vieillit et qu’il n’a pas envie de devenir un petit vieux. Parce qu’il a prévu dans sa caisse à outils un long tuyau flexible pour relier le tuyau des gaz d’échappement du Bibliobus à la glace avant du conducteur. Il est bien troublé parce que la rencontre avec Marie le tire fort, fort, fort du côté de la vie et son corps vieillissant fort, fort, fort du côté de la mort.

Fera-t-il une tournée d’automne ?

3 réflexions sur “La tournée d’automne

  1. Fred, merci merci pour le lien. Oui nous devons naviguer avec l’énergie de nos pulsions sans les laisser prendre les commandes. Quel chemin périlleux et passionnant !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s