L’Alsace revue et corrigée

Après des années et des années d’absence, des souvenirs repeints et forcément enjolivés, je décide de retourner à l’Alsaco, rue Condorcet. Winstub alsacien que j’avais adoré il y a bientôt quinze ans. Patron alsacien fort en gueule, fou amoureux de ses vins, il les connaissait sur le bout des doigts et en parlait avec passion. Je gardais un souvenir ému de sa flammekueche,  de son biebelkaas, de son presskopf et de sa choucroute, bien loin des choucroutes insipides de brasseries parisiennes.

Une surprise m’attend derrière la porte : du patron volubile et imposant il ne reste rien. Un délicieux couple oriental m’accueille et m’installe. Totalement incapable de m’apporter un quelconque support pour le choix du vin. Dommage, c’était pour 50% ma motivation à venir. Le bibelkaas ne mérite même pas qu’on en parle, la fammekueche est devenue ronde comme une pizza mais le presskopf oui. Il mérite la visite. Parfumé, bien relevé, bien équilibré, une douce merveille au palais que ce pâté de tête alsacien. Miam. Une choucroute à suivre tout à fait honnête parce qu’elle regorge de wurst inhabituelles. Le chou n’est pas à se damner, loin s’en faut.

Le décor reste celui d’un winstub traditionnel, cosy et sympathique, les prix raisonnables même si le vin est un peu cher et le conseil absent. L’adresse n’est plus ce qu’elle était. Il parait que le propriétaire a vendu au printemps dernier… je doute que l’adresse reste au pudlo en 2011.

Publicités

3 réflexions sur “L’Alsace revue et corrigée

  1. Alors Klaus a vendu…encore vivant, à voir…
    Effectivement c’est un monument qui disparait ; j’en garde un souvenir ému à la fin du Salon des indépendants de la Pte Champerret je me suis trouvé engagé ds une dégustation comparative au comptoir avec 3 vignerons alsaciens, sévère mais passionnant. Il ne voulaient pas croire que j’étais un français de l’intérieur. Il va falloir en trouver un autre

  2. Dommage que les maîtres kanter en dehors de l’est ne soient pas terribles. Donc il faut aller en Alsace, et là tu sais comme moi que le choix est large. J’en connaissais un super sympa à La Wantzenau, mais ça commence à faire souvenir d’ancien combattant…et puis que sont les fermes auberges devenues …???

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s