Une belle journée

Réveil en douceur sur fond de pas de trotte menue de ma fille. Petit déjeuner dans les vapeurs de Bai Mu tan comme une belle invitation à décélérer. Message reçu. 90 minutes plus tard, je sens que c’est l’heure d’aller travailler. Le soleil est assez levé pour que le ciel ne soit plu blafard. Mmm j’en profite. J’hésite  à m’arrêter à l’estaminet  à la sortie du métro. L’expresso y est très bon. Mais non j’ai trop froid, trop envie de mettre au chaud dans le grand bureau qui restera vide encore un peu le temps que mes collègues se réveillent et arrivent. Je boirai un café plus tard.

Je regarde mes courriels, sourcille un peu et reprend mon travail interrompu. Rédiger le retour d’expérience du projet qui vient de se terminer. Regrouper les idées par thème, trouver la formule juste pour nourrir un dialogue efficace avec les parties prenantes. Une pause café et je replonge dans les écrits, entre deux coups de fil pour relancer un dossier qui trottine depuis un peu trop longtemps. Une des co-space girl rentre radieuse d’une réunion de négo. Notre projet est passé, le périmètre d’intervention est élargi et nous avons du délai pour le mener à bien. Youpi, nous allons pouvoir rebâtir un bout d’Intranet avec une orientation « besoin client ». Cela fait du bien…

Je finis de relire et de corriger la dernière coquille quand sonne l’heure du REX avec le commanditaire. Je en suis pas très au clair sur mon objectif dans cette réunion. En fait si. Deux heures de réunion paisible et constructives, deux heures qui éclairent aussi les travaux à venir de l’année et nos enjeux collectifs. les pièces du puzzle s’assemblent. Cela parait tenir la route au niveau des idées. La mise en œuvre sera, sans doute, très très laborieuse. Je décline l’invitation à déjeuner. J’ai un autre rv bien plus important. Avec moi-même.

Je déjeune au soleil, toute collée contre la vitre. La serveuse est aux petits soins, délicieusement efficace, souriante, prévenante. Je passe un très agréable moment. Je sors radieuse, pour un peu je m’étirerai comme un chat ua soleil. Je passe sous le porche évitant de peu un peintre avec son bidon noir… Je marche jusqu’au fond de la cour.

Des amis consultants me prêtent avec gentillesse un de leurs bureaux pour que je travaille au calme sur mon projet personnel.  Un petit toc à la porte et elle s’ouvre. Miracle. Deux bises échangées et une promesse de thé  partagé tout çà l’heure, dans deux heures, quand l’une et l’autre nous aurons avancé, chacune dans notre bureau.

16h15, un petit toc toc à la porte, vite mettre l’eau à chauffer et placoter. Pas de chance, le client suivant n’a pas décéléré alors mon amie n’a pas le temps de partager son thé avec moi. Une autre fois. Je sirote le mien en pensant à elle qui enchaine les rendez-vous.

Je relis mes brouillons, je joue avec un photo-langage poétique qui me sert de yi-king ludique pour creuser certaines questions ;  les images franchissement mieux le censeur que les mots.  Parfois j’éclate de rire.

Je prends une dernière feuille pour laisser un mot doux à mon hôtesse. Son thé sera bien froid tout à l’heure. Je sors tout doucement. Je ne veux pas troubler le dialogue singulier qui se tisse dans la pièce d’a-côté. Le petit clong du pêne de la porte marque la séparation. Je suis à nouveau dans le froid.

Commence mon long périple chez les opticiens. Je cherche un truc de dingue : des lunettes assez grandes pour mettre des verres progressifs, et des montures colorées. Cela  c’est assez rédhibitoire. Si seulement j’avais envie de lunettes grises, noires, marron, fonces, foncées foncées, ce serait tellement plus simple. Oui mais je suis obstinée, j’aime les couleurs, j’ai besoin de couleurs. La dernière boutique sera la bonne : Optique & Chocola***, c’était un nom prédestiné. Une vendeuse délicieuse compétente, de bon conseil souriante et très très accommodante (sans mauvais jeu de mot)  prend soin de moi, me donne mille conseils, me propose un devis, me propose d’appeler ma mutuelle pour savoir comment ce sera remboursé, me prends en photo pour que je vois ma tête avec les lunettes et m’offre des chocolats pour le trajet retour.

Oui, vraiment, une belle journée !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s