Vert

Dans la campagne du Karnataka, j’ai retrouvé avec plaisir le vert vibrant des rizières. Un vert que j’avais découvert il y a 17 ans en chine du sud avec ravissement, nous n’avons pas l’équivalent en France je crois. Un vert qui oscille entre la pomme et les filaments d’or. Comme c’était la période de moisson, à beaucoup d’endroits il tirait sur l’or du blé mur. cela donnait une texture très singulière aux champs, un relief presque exacerbé.

Dans la jungle, c’était tout autre chose. J’ai été très surprise des verts. Des couleurs parfaitement inconnues qui ne résonnent avec aucun végétal de mon univers. D’abord la lumière est différente. Je pense surtout à la lumière très laiteuse du matin, comme si un voile de brouillard très très fin avait été déposé là par une fée facétieuse. La structure des arbres et leur hauteur, la découpe des feuilles qui attrape la lumière autrement également. Enfin le vert lui même des feuilles, résolument vert, avec des reflets vert de gris, des reflets cuivrés, des reflets des verts épineux. J’ai découvert avec émotion des nuances de couleur que je ne connaissais pas, que je n’avais jamais vues.  J’ai ressenti l’émotion que j’imagine chez les scientifiques qui découvrent un nouvel animal.

Cette découverte, cette couleur singulière ont renforcé ce sentiment d’être étrangère en ce pays. Étrangère, pas exclue. Ce monde m’apparait comme singulier. Et quand au détour d’une route le chauffeur nous indiqua une ferme, je sursautai. La ferme de mon enfance elle est très verte avec des vaches à lunettes et des pommiers. Là c’était une ferme de riz et de cocotiers. Pendant une seconde j’ai cru qu’il plaisantait. Et puis non j’ai réalisé où j’étais et j’ai « converti » le mot. Le « concept » de ferme recouvre des réalités bien différentes et s’inscrit dans des cultures spécifiques. Redécouvrir ce qu’une ferme veut dire, j’ai trouvé cela très émouvant.

Publicités

2 réflexions sur “Vert

  1. C’est beau ce que tu dis.
    Voyager alors c’est aussi ouvrir les palettes, les couleurs sont elles infinies ?

    Quant aux mots…ils ne sont qu’un habit culturel et historique, des codes à décoder en passant les/ nos frontières.

  2. –) Tanakia, c’est vrai que la variété des verts des rizières est impressionnante

    –) Lôlà, l’Inde est une palette de couleurs Sont-elles infinies ? je ne sais pas mais il est impossible de les dénombrer. Un scientifique te répondrait que oui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s