Après l’effort

En fin de semaine, le chantier dort. On ne dirait pas que c’est la fin de semaine. Juste que les hommes qui travaillent là ont tout d’un coup été saisi par l’urgence de partir au plus vite, et rejoindre l’essentiel de leur vie à la seconde.  Parfois il reste un plan grand ouvert sur la planche  posée entre deux tréteaux, calé par deux briques, parfois des outils qui semblent avoir glissé des mains de leur propriétaire, subrepticement. Parfois c’est beaucoup plus doux….

travaux, travaux...

Publicités

Une réflexion sur “Après l’effort

  1. Comme ces dames élégantes laissaient tomber leur gant afin que chevalier servant le leur rende sans façon… Quel délice cet abandon !

    En Espagne nous appelons le prince charmant, el principe azul, ce qui veut dire le prince bleu… Et dans notre imagination de jeunes collègiennes, entre bonnes soeurs gardées, nous faisions, croyez-moi, tout en plat, à dévorer sans tarder, dès que le moindre ouvrier pointait le bout de son nez. Dans coursives et au jardin. Appelé pour quelque bricole arranger il nous faisait fantasmer de son bleu de travail offert !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s