Briser l’écran de verre

J’ai commencé un billet hier que je n’ai pas fini sur les rencontres par blog interposé. Et je me demandais si j’allais le publier, ou si je le laissais murir, parce que j’avais aussi envie d’écrire sur les plafonds de verre. Et voilà que Lise m’écrit « Bon, une rencontre, ça te tenterait ? ». Surprenant !

De blog à blog des liens se tissent antre auteurs, au fil des lectures, et surtout au fil des commentaires, chez l’un, chez l’autre, des billets qu’on écrit en rebond à un qu’on vient de lire, et puis  des échanges de courriels parfois se développent aussi hors du blog. Affinité élective – fondé sur une affinité naturelle consciente ou non – ou affinité sélective – qui exclut méthodiquement, volontairement certains auteurs selon des critères explicites ou non. le risque est grand avec les blogs de en s’entourer que des mêmes que soi, que de s’enfermer dans le cercle des ceux qui partagent la même vision du monde.

Que savons-nous au fond des auteurs que nous lisons ? Nous connaissons leurs mots, la partie d’eux qui créé des textes, leurs poèmes, leurs peintures, leurs photos. Nous avons accès à une partie de ce qu’ils créent, de ce qu’ils pensent, de ce qui les taraudent parfois. Et sur ces bribes, c’est bien tentant de projeter sur l’autre son monde intérieur, ses fantasmes, ses attentes, son besoin de reconnaissance. Ah les affres d’un texte qui ne suscite pas un seul commentaire ..!

Alors aller à la rencontre de l’autre, briser l’écran de verre comme le dit si joliment Eva, c’est précisément prendre le risque de la rencontre, s’exposer, aller au contact de la réalité de l’autre. Son corps, sa manière de bouger, de parler, son rythme, les inflexions de sa voix, ses tâtonnements, son odeur, son regard, sa présence, son énergie. C’est aller à la rencontre d’une personne qui chemine et qui n’écrit pas que des choses intelligentes, des phrases bien balancées, murement pesées. Aller à la rencontre de l’autre c’est perturbant, c’est un ébranlement, une mise à l’épreuve. L’autre n’est jamais la personne imaginaire que l’on porte, c’est une personne réelle.

L’écran de verre, je l’ai brisé quelque fois, parce que je préfère les personnes réelles, imparfaites, mais vivantes. Je garde les autres pour mes fictions et les rencontres aussi nourrissent mon imaginaire. Je l’ai brisé plein de fois quand c’était mûr, cela ne s’explique pas, ne se commande pas. Un jour l’envie surgit, parfois partagée, parfois non. Ensuite il suffit d’oser laisser ses illusions, ses attentes et ses peurs se détacher de soi pour rencontre vraiment l’autre, et non pas soi-même.

L’écran de verre ou de papier, il m’est aussi arrivé de ne pas le briser, parce que j’avais trop peur de la confrontation à un monde très différent du mien. Je me suis protégée. J’ai pris l’avion pour aller rencontrer un blogueur de l’autre côté de l’océan, ce même avion aurait pu m’emmener vers une autre personne avec qui je correspondais depuis sept ans. Je ne l’ai pas fait. Je n’étais pas prête.  Et dire que mon correspondant était enfermé dans un prison de haute sécurité aux USA ne suffit pas pour expliquer mon geste. Il s’agit de quelque chose de beaucoup plus intime que je protégeais, je n’étais pas assez présente à moi-même pour cette rencontre-là pour que ébranlement inévitable en se transforme pas en effondrement.

La rencontre, c’est la traversée d’un transfert, ou son apparition, comme l’écrit délicieusement Daniel Sibony.

Publicités

6 réflexions sur “Briser l’écran de verre

  1. J’aime beaucoup ce billet, qui rejoint des réflexions que j’ai souvent eues autrefois.

    Moins aujourd’hui… et c’est ce qui m’interpelle. Qu’est-ce qui a changé ? Peut-être ma curiosité vis à vis de ces personnes qui sont de l’autre côté de l’écran s’est-elle atténuée ? Ou peut-être que je me lie moins, ayant vu « disparaître » tant de personnes au fil des ans (bien peu continuent à tenir un blog au delà de quelques années). Pourtant la rencontre me tente encore, bien qu’elle soit, à force d’expériences, moins chargée de l’attrait du mystère.

    Tiens, oui, et si je reprenais le chemin de la rencontre ?

    Merci de m’avoir amené à cette prise de conscience !

  2. Je trouve que ce sont de bonnes expériences, comme une marée. Qui monte et descend et finalement ne laisse que tes pieds à découverts, une fois de plus.

  3. Pierre, bon j’espère que tu as apprivoisé ton gravatar… s’il ne te plait, il suffit de t’inscrire sur wordpress et charger une photo qui te tiendra lieu de gravatar. Oui j’ai effectivement pas mal pensé à toi en écrivant ce billet-là 😉

    Laure, oui, oui, oui les patounes à découvert, surtout si ce sont des patounes de goéland xD. J’ai des souvenirs jouissifs sur la plage à Jullouville de la marée qui creuse le sable entre les orteils. Ô le voluptueux massage.

  4. Moi, je suis mon intuition, car je trouve qu’on sent bien des choses à travers les mots, les sujets traités. C’est comme un apprivoisement réciproque qui fait qu’on peut se rencontrer parfois plus vite quand on se voit. Je ne sais si je suis claire 😉
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s