Cinq heures dans Paris

Jeudi dernier, l’espace d’une soirée, j’ai troqué ma casquette de coanimatrice d’un business game pour prendre celle de tour operator guide de Paris. Avec ma collègue allemande, nous avons un peu bousculé le timing de la journée, compacté certaines séquences, et, horreur pour les frenchies, organisé le dine   18 heures de manière à rejoindre Paris vers 19h30.

Direction Concorde, la grande roue, un tiers de Tour Eiffel, les horribles illuminations rouges et bleue des Champs, le jardin des Tuileries plongé dans le noir, le Crillon tout éclairé. Trois petits tours et nous voilà partis pour rejoindre la rue de Castiglione, la place Vendôme et ses incroyables limousines (les mêmes que celles de Belleville le dimanche matin), la rue de la paix, la place de l’Opéra. Zut l’opéra est protégé par des barrières et des petits hommes bleus. le grand escalier où nous voulions faire une photo de groupe, recouvert d’un splendide tapis rouge inaccessible. J’essaie avec un collègue de parlementer avec les hommes en uniforme. Très détendus (c’est pas toujours le cas pour les soirées privées…) ils nous expliquent que ce serait mieux de repasser vers minuit si nous voulons vraiment faire notre photo.

Bon, tant pis, cap sur les vitrines de Noël. Splendides certes mais pas du tout de Noel cette année. Un peu de déception. Une partie du groupe s’échappe pour aller voir la coupole des galeries Lafayette, puis nous montons sur le toit du Printemps. la Tour Eiffel a le bon goût de se mettre à scintiller pour la plus grande joie de ces touristes du soir. La tour Montparnasse émerge à peine d ela brume. Redescente au 2e étage pour acheter des macarons, et nous voilà repartis, certains avec leur joli sac vert tendre au bras. Halte dans un pub irlandais – be oui c’est typiquement français, non ? puis reprise de la balade en direction de l’Opéra comique, la bourse du commerce, le jardin du palais royal, la Comédie française, le Louvre et la pyramide -éteinte la bougresse !

Il est minuit, il fait toujours extraordinairement doux dehors ; le groupe est devenu assez silencieux, ils sont éreintés, moi aussi. Dans le métro de retour cela négocie sec. Ils rêvent de commencer une heure plus tard. Je leur demande s’ils préfèrent dormir une heure de plus et changer leur heure de vol de retour ou se lever à l’heure prévue et attraper leur avion dans l’après-midi. Le choix est rapide. Nous croisons les indignés de La Défense qui ne sont pas encore couchés. Les nuits doivent commencer à être fraîches pour eux avec le pauvre équipement que la police leur laisse.

Je me glisse dans mon king size à 9 oreillers avec délice sans trop penser au réveil qui suivra… ni à la poignée d’indignés dehors.

L’ouverture à 8h 30 se fait doucement, tout doucement, il reste des étoiles dans les yeux endormis?

Publicités

5 réflexions sur “Cinq heures dans Paris

  1. Une fois l’an, pas trop hein ?, voilà un rigolo périple nocturne sur les chapeaux des jambes !
    A 5h tu dormais donc, j’ai cru autre chose, en lisant le titre….

  2. Zèbre, bon j’irai voir de plus près mais de loin c’est très moche

    Laure, pour cette version là du titre, c’est plutôt ma fille qu’il faudrait interviewer :). Oui oui quelques participantes auraient bien troqué leurs chaussures à talon contre des chaussures de marche…

  3. Je crois que finalement le vin blanc ce n’est pas au verre mais au barril que tu l’as eu.

    Je suis d’accord avec l’animal blanc rayé de noir. D’abord, les couleurs je sais que tu as un soucis là dessus, mais le spectre des couleurs est plus large que le bicolore annoncé. Ensuite c’est assez sympa surtout la séquence vague ou hola c’est selon. Non mais … Ca bouge, ca change et ce n’est pas monochrome !

    Pfff pas un mot sur la déco magnifique de la place Vendôme et de la rue de Castiglione (tu aurais du faire un stop à droite pas loin de super petits déj …).

    Pour les photos de groupe, la Madeleine c’est sympa aussi, mais le bout des champs avec la grande roue c’est mieux, plus kitch. Joli souvenir de séminaire à Paris, non tu ne crois pas ?

  4. QQEL, LA Madeleine ? Depuis qu’avec LPJ nous nous sommes fait virer du perron par le curé qui n’appréciait pas notre manif abolitionniste, je ne lui fais plus de pub. Bon, bon d’accord j’irai voir la hola des champs, au milieu des 500 000 visiteurs jour…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s