Hiver = froid = malaaaaaaaaaaaaaade

La fièvre a des effets secondaires étonnants sur moi. Elle décuple ma capacité de faire ou de créer, mais pendant un temps très bref. J’ai un souvenir ému de pose de papier peint avec mon frère, le thermomètre affichant un peu plus de 39. J’avais la tête dans un coton ouateux, et une désagréable sensation de poupée de chiffons. Bras et mains œuvraient avec une bonne  synchronisation, en totue indépendance… J’ai battu mon record de nombre de lés impeccablement posés à la minute.

Aujourd’hui c’était l’atelier lapsus en série. Pour nourrir le besoin de sécurité d’une personne, la rassurer, il suffit de la nassurer. Deux en un ! Pour mesurer et peser les risques, je vous propose de simplifier, pesurez donc les risques, cela marche très bien. Enfin plutôt que d’avoir des considérations vestimentaires, par ce temps glacial, je vous suggère d’essayer plutôt du côté des considérations alimentaires. C’est plus chic !

Publicités