Ma collègue est synesthète.

On vit, on meurt, on aime dans un espace quadrillé, découpé, bariolé, avec des zones claires et sombres, des différences de niveaux, des marches d’escalier, des creux, des bosses, des régions dures et d’autres friables, pénétrables, poreuses.
Michel Foucault, Hétérotopies

Chacun sa perception du monde et de l’espace finalement. Mon monde se décrit en terme de creux, de bosses, de trottoirs, le bordures d’herbes, de pavés, de terre battue, de bassin, de canal, de fleuve., de flux humains, de couleurs, d’odeurs. Si j’évoque mon bureau, j’ai l’image qui surgit dans ma mémoire mais aussi son odeur, et si je m concentre plus, les sons habituels. Je devrais dire une odeur et une famille de sons, parce que d’un jour à l’autre, si j’appelle ma mémoire elle me resservira ces même éléments. Quand je goûte un plat pour en deviner la composition, chaque saveur vient une à une, en association avec le souvenir d’un plat déjà mangé avec cet ingrédient là, ou alors l’image de l’ingrédient lui même. Je me souviens à Concarneau d’une crème brûlée spéciale au terme d’une longue dégustation de petites portions de plats tous plus délicieux les uns que les autres. Le garçon nous a servi triomphalement ces crèmes brûlées, depuis le début nous jouions à trouver les saveurs, il était sûr de nous coller. Trop difficile pensait-il. A la première bouchée j’ai souri, le parfum était franc et connu. A la deuxième j’ai laissé la bouche fondre et se liquéfier dans ma bouche, j’ai retrouvé presque le gout de mon thé du matin. Il manquait une touche. J’ai avalé am bouchée et j’ai laissé le parfum s’estomper, il m’est resté en bouche un goût de tanin. C’était donc cela. J’ai souri et j’ai dit au garçon médusé c’est une crème brûlée magnifique, vraiment, à l’earl grey, sur une base de thé noir, légèrement tannique. Il a eu cette réponse délicieuse : « allez, maintenant que vous avez fini, dites-le moi, vous êtes de la famille, hein ? ». J’ai mis une fraction de seconde à comprendre.

Revenons à ma collègue avec qui j’ai joué à l’orgue à parfum (ne pas chercher de lien avec le boulot…). Je lui fais sentir un tube d’abricot, moi cela me met une grosse bouchée de confiture d’abricot à la seconde en bouche. Elle me regarde et me dit jaune orangé. Oui, mais encore ! Ben rien, le fruit il est jaune orangé. Ah diable, je lui réponds, oui, c’est un abricot. Oui, c’est ce que je te disais, ajoute-t-elle pleine d’audace. Recommençons le test, cône de basilic cette fois. Elle me répond vert. Vert franc. Puis cône de lavande : mauve ! Ok, tentons une verre de vin alors, beaujolais nouveau aux arômes de  mure et de banane. Elle me répond rouge foncé et crème. Déstabilisant, non ?

Et elle m’explique qu’avec l’odeur monte une image en elle qui s’associe immédiatement et très précisément à une couleur. Elle ne peut que donner le nom de la couleur, pas celui de la plante ou de l’ingrédient qu’elle voit très bien. Les images s’assemblent dans son cerveau par ordre décroissant d’intensité et elle donne les couleurs dans le même ordre. Bluffant.

J’ai lu (il n’y a pas très longtemps si tu suis un peu ce blog) Clandestin de Philip Caputo. L’un des personnages est affublé d’une même bizarrerie de perception, lui il a une sensation physique particulière quand il voit des visages. Quand je l’ai lu, je me suis exclamée : ah chouette C. n’est pas toute seule. Il faut que je lui donne le nom de ce truc étrange.

J’avais oublié le nom, et brutalement en fin de journée, cela m’est revenu. Je lui ai dit, elle était ravie  et nous avons farfouillé sur wikipédia. Ma collègue est synesthète. Une forme rare. La plus courante c’est l’association de lettres et de couleurs. Rimbaud nous en a laissé une illustration splendide : A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles. Ce n’est ni une maladie, ni un symptôme, juste une particularité neurologique. La réalité physique et la réalité perçue par chacun de nous peuvent être assez éloignées !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s