Alors tu seras un homme….

Hier je suis allée à une conférence de Jack Kornfield pleine de surprises :

  • je cherche une place, je m’assieds au hasard un peu au fond, au milieu, et tout à coup, le choc, un rang devant moi, à deux sièges, un visage qui me dit quelque chose et en même temps un gros doute, mais non, finalement, mon intuition était la bonne, c’était bien le délicieux auteur d’un blogue que j’aime,  mais comme je suis timide et un peu béta, je ne me suis pas présentée, j’ai juste eu beaucoup de gratitude pour la vie et ses facéties depuis un mois. Et je me suis souvenue trop tard que mon corps sait des choses que je ne sais pas, parce que moi qui d’habitude tergiverse pour trouver ma place (no comment :-)), là je n’ai hésité qu’une fois et la place que j’ai « choisie » me paraissait parfaite !
  • deuxième surprise, une salle largement remplie de gens de tous âges, je crois que les fils argentés étaient quand même un peu majoritaires, de professionnels de santé et de l’accompagnement, et dans la gamme des métiers présents, 0 homme politique. Bizarre !
  • troisième surprise, c’est la première fois que je vis l’expérience de pratiques de méditation en foule. Très différent d’un zendo…Et absolument magique d’avoir pendant 3 minutes une salle immense parfaitement silencieuse, parfaitement calme, avec une énergie très douce
  • quatrième surprise : Jack Kornfield vient de sortit un livre aux US, Awakening Right Where You Are, je m’attendais à le trouver à la table de la librairie avec les autres livres. Et bien non. Et la dame libraire m’a regardée comme un OVNI. « Mais nous n’avons pas de livres en anglais Madame » !
  • cinquième surprise, je connaissais pour l’avoir appris d’abord en français  le très beau poème de Rudyard Kipling IF.

If you can keep your head when all about you
Are losing theirs and blaming it on you,
If you can trust yourself when all men doubt you.
But make allowance for their doubting too;
If you can wait and not be tired by waiting.
(…)

If you can fill the unforgiving minute,
With sixty seconds’ worth of distance run.
Yours is the Earth and everything that’s in it,
And -which is more- you’ll be a Man, my son!

(pour le  texte en entier ou la traduction, clique là !)

C’est donc à lui que je pensais hier soir lorsque Jack Kornfield pendant sa conférence a partagé un poème qui lui ressemblait, un avatar du IF en quelque sorte, j’étais amusée de sa transformation :

If you can sit quietly after difficult news,
if in financial downturns you remain perfectly calm,
if you can see your neighbors travel to fantastic places without a twinge of jealousy,
if you can happily eat whatever is put on your plate and fall asleep after a day of running around without a drink or a pill,
if you can always find contentment just where you are,
you are probably a dog !

Ah que c’est bon l’humour ! 😉

Et comme le disait ce conférencier bouddhiste hier, l’important ce n’est pas d’être bouddhiste, l’important c’est de devenir un bouddha !

Dit autrement, être éveillé, éveillé à la nature de la vie et de la mort, retrouver le sens du sacré, élever son niveau de conscience, être présent aux mystères de la vie avec grâce et dignité, présent à soi et aux autres créatures…

Mille lotus à tous.

******************************************************

Et si tu as envie tu peux lire une entrevue en anglais de Pema Chödrön et Jack Kornfield sur le chemin des difficultés quotidiennes qui, petit à petit, nous transforment (c’est en anglais encore).

Publicités