Le petit poucet de lin

Étreinte suffocante
Abandon du lieu, du geste, de la paille, de l’odeur
Envahissement moderne éphémère qui recompose, redessine, renfloue, efface.
Abandon par dessus l’épaule, plaidoyer de renaissance.

Le lin renaît d’un mot de ses pailles et de ses pourritures.
Rouissage à l’eau, rouissage à terre.
Rencontre des éléments qui s’annihilent
Subtile usure du soleil et de la rosée.

Dans le bloc de ciment le temps s’est arrêté.
La vase des souvenirs englue le voyeur.

Points de petits cailloux blancs
Juste les mots des anciens paysans
Juste les traces de mousse des murs.

Deux mots déchirent le silence
Rouir, teiller, rouir, teiller
Les murs en renvoient l’écho
La rivière seule se souvient

Le lin comme la peinture se soumet au bon vouloir du temps.
Trop sec la fibre se refuse
Trop humide elle pourrit.

Prière de laisser ses bottes de sept lieues à l’entrée.
Entrer nu, sans mots et sans armure.
Éprouver le lieu et sa solitude
Sans consolation ni divertissement.

Ainsi c’est.

(c) Pali Malom

Publicités

5 réflexions sur “Le petit poucet de lin

  1. Mon pays de Bretagne était anciennement celui du lin.
    Il fallait bien fabriquer les voiles des navires.

    Et tout le petit peuple besogneux, du XVème au XVIIIème siècle, après les longues journées passées aux champs, filait chaque jour jusqu’au coucher du soleil, à s’en détruire les yeux, à s’en détruire tout court.

    Très belle poésie.

    Touchée.

    (le lin bleu est une fleur merveilleuse dans les jardins, gracile, aérienne et fugace).

  2. bonjour Tanakia, ,
    ravie et émue de découvrir vos nouveaux poèmes sur le lin… Catherine n’est pas étrangère à cette rencontre !
    et ensuite, que deviennent ces poèmes? et si La Linerie les recevait? et s’ils pouvaient se lire sur une fleur de lin, création d’une céramiste ?

    merci pour votre réponse

  3. Bonjour Myriam
    et oui, Catherine est une passeuse de mondes 😉
    Les poèmes vivent leur vie de poeme sur la toile et dans l’esprit de ceux qui les ont lus.
    Et oui évidemment pour laisser éclore d’autres créations entre les fils ténus de lin de La Linerie, et pour partager ceux-là avec les visiteurs de votre rouissoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s