Jubilatoire

En 1976 Jean-Patrick Manchette publie « Que d’os » chez Gallimard en série noire. Clin d’oeil sans doute à son procédé stylistique, dépouillé jusqu’à l’os.

C’est l’une des histoires du gendarme Tarpon devenu détective privé qui vivote en cherchant à trouver qui pique dans la caisse de son seul client pharmacien. Quand surgit une vieille dame insignifiante, envoyée par un inspecteur de police en ripouxification avancée qui lui demande de retrouver sa fille aveugle disparue depuis un mois.

Tout est jubilatoire dans ce roman. L’intrigue, les péripéties, les dialogue, la langue et le style de Manchette. Il s’amuse comme un petit fou avec les canons de l’écriture noire « classique », tantôt l’écriture « béhavioriste » au plus près du réel. S’en suivent des descriptions rapides, concises, sans pathos extrêmement efficace pour engager le lecteur à former ses propres images. Il mélange allégrement roman noir, roman policier et roman à énigme. Il s’offre même le luxe de donner le dénouement en 4 lignes, puis de le reprendre en deux chapitres complets. Et cela marche !

Les dialogues sont truculents, des jeux de mots à foison, des contrepèteries parfois,  sans être dans une langue particulièrement fleurie et attendue. Et quand son héros, les deux bras cassés se trouve drogué par ses tortionnaires pour alléger sa douleur (!!!), cela donne cette langue incroyable là :

Je suis revenu à moi et j’ai rigolé. Mes sensations vaguaient. J’étais aboulique. J’avais la langue saburrale comme une wassingue sale et le front halitueux. Mes perceptions étaient laciniées et il me semblait que je baignais dans du galipot. J’étais vachement labile et quand Charlotte m’a eu fait lever, ce n’était ni le pied ni les oaristys, de sorte que j’ai méchamment jaboté et même crié raca sur elle, en titubant comme un ophite. Bref, vous voyez le tableau, et que j’étais camé comme un bœuf.

J’ai ri encore et encore, tout du long, même si pour les besoins du suspense et relancer l’histoire, Manchette trucide régulièrement un bonhomme. Un roman noir savoureusement savoureux.

Publicités

2 réflexions sur “Jubilatoire

  1. Mon blog n’est pas un panneau publicitaire.

    merci de votre passage sur mon blog sur lequel vous êtes bienvenue comme lectrice et comme actrice mais pas comme marketeuse directe de votre propre blog. Mon blog n’est pas un panneau publicitaire.

    J’irai découvrir votre blog. Je vais régulièrement sur « noir desseins » et « le vent sombre » que je suis depuis longtemps et que j’aime beaucoup, et « polar noir » que je suis depuis plus récemment.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s