Impromptus

Vendredi matin. Le téléphone sonne. Pour une fois j’arrive à décrocher correctement. Bonjour ! Ah vous cherchez quelqu’un pour vous aider à préparer votre retraite et vous avez aimé mon site… ? Gros sentiment d’incompétence mais quand la vie fait un cadeau pareil cela ne se refuse pas. Mandala de la vie !

Vendredi midi. Gare de Lyon. Buffet de la Brioche dorée (je la cherche encore !). Une dame très timide, très gênée me demande si elle peut me passer devant pour commander un sandwich à sa mère qui sort de clinique et ne peut pas rester debout. Bruit de béquilles raclant le goudron. Faites mesdames, faites. Yeux embués. Elles me remercient en partant. Je souhaite à la patriarche toute minuscule, les cheveux blanc immaculés, une bonne convalescence. Elle sursaute et me dévisage. Ah j’ai dis un gros mot ?

Vendredi midi. Je monte dans le train. Un jeune homme, bonne bleu vissé sur les oreilles, elles même perforées d’écouteurs blancs comme neige, m’ouvre la porte. Merci ! lui dis je ne souriant. Ah mais c’est normal Madame (ben oui vu mes cheveux blancs). Normal je ne sais pas, mais agréable c’est certain. Et je vais m’installer. Cinq minutes plus tard il arrive, ah c’est rigolo je suis à côté de vous.Oui le hasard… Arrive un monsieur chic qui me regarde un peu perplexe, je crois que vous ête sà ma place. Possible lui dis en principe je suis place 107 (et j’étais assise place 108). Non me dit il moi aussi je suis place 107. Ah bizarre. Vous êtes en quelle voiture ? 16 ! Mais on Madame ici c’est la 15. Ah pardon. Je vous laisse la place. Mon voisin au bonne et bleu regarde son billet. Ah zut je me suis trompé aussi, je suis voiture 18…. Non mais je te demande un peu à quoi tiennent les rencontres…

Vendredi midi. Je vais dans la bonne voiture et je vais m’asseoir à côté de ma collègue, pas à ma place. Arrive un hipster (oui je case le mot je l’ai appris le we dernier). Je lui dit que je suis en place 107 et qu’il serait charmantissime s’il voulait bien s’asseoir là bas pour que je puisse rester avec ma collègue. Oui pas de problème du moment que ce n’est pas un carrè. je déteste les carres je ne peux pas déplier mes jambes. OK lui dis je (il doit passer sous la toise du 1.80 largement). Il va voir et revient la mine piteuse. Madame c’est un carré. Enfer et damnation ! Bon je vais aller voir si mon voisin de là bas veut bien venir là alors. Se lève à coté un jeune homme non hipster et sans bonnet bleu sur la tête. Non non Madame, ne vous donnez pas cette peine, je peux aller m’asseoir là bas. Restez avec votre amie. Moi cela m’est égal et mes jambes trouveront bien de la place. Je suis petit (dit il en me faisant un clin de voilà c’est une chance n’est-ce pas ? (ah la magie des cheveux blancs)

Vendredi après-midi. Dans le train. Mon téléphone sonne (ah zut j’avais oublié de le couper !) Maman, elle est où la bombe pour imperméabiliser mes chaussures… Soupir….

Vendredi après-midi. Dans le train. Mon téléphone vibre. Je sors sur la plateforme. Oui je suis dans le train, la communication peut être mauvaise… non je ne pourrai pas te rappeler  à ce moment là… ah oui mais je serai encore dans le train…. je serai à 20h30 gare de Lyon, je peux t’appeler si tu veux quand j’arrive… Ah tu me retrouves gare de Lyon pour aller prendre un pot c’est plus agréable pour parler que le téléphone. Ah ben oui, super. Je me réjouis !

Vendredi après-midi. Dans le train. Un contrôleur de bonne humeur nous salue ma collègue et moi. « Ah quand je vois des clientes comme vous ma journée prend tout son sens… (quelques échanges plus tard) Tiens d’ailleurs pour vous remercier de votre fidélité, si vous voulez finir votre voyage en première vous êtes mes invitées. »

Samedi midi. Cantine vietnamienne surpeuplée. obligées de s’installer dans la première salle qui n’a rien à envier aux salles de spas perdus d’une gare. Table de quatre, nous nous mettons au milieu pour profiter de l’espace. Arrive dans mon champs de vision une mamie tremblotante sa carte bleue à la main, l’autre agrippée à son sac à main. Elle pose son sac sur notre table et demande penaude « cela vous ennuie si je m’installe là pour ranger mes papiers ? » Non non madame, je vous en prie. Derrière se tient un grand escogriffe, son compagnon sans doute, qui étudie le bout de ses chaussures. La dame tremble tant et plus, j’ai bien envie de lui ranger sa carte dans son sac parce que là je sens qu’elle en a pour un bon quart d’heures. Et puis nos yeux se rencontrent. Je lis la peur dan les siens, alors les miens sourient (tu noteras qu’ils ne m’ont pas demandé mon avis). Elle range plus tranquillement ses affaires, susurre une merci et s’efface. Elle sursaute quand je lui souhaite un bon après midi. Ah zut encore un gros mot. L’homme passe et me glisse tout doucement un merci madame, vous aussi très timide…

Samedi après-midi à la FNAC. Rayon santé naturelle. Je vois le livre que ‘jai partagé sur FB le matin même cela m’amuse. Je le prends en main, oula c’est lourd, un beau livre aux éditions du Chêne. 35 euros. Cher. Arrive un monsieur aux air de JP Coffe (mais pas lui hein, genre seulement). Il attrape un autre livre du même auteur, me regarde et me dis, moi je préfère celui là (celui qu’il a en mains). Ah, dis-je très inspirée ? Oui cela me semble plus accessible, et d’ailleurs c’est pour un client ! Ah, ajoutai-je ? (Tu vois j’ai de la conversation comme fille). Vous êtes comme moi ? Vous préférez prévenir que guérir ? Ben oui (tu as vu l’exploit, deux mots cette fois) ! Dites Madame, vu que vous avez l’air de vous y connaitre…. Heuh je suis comme vous Monsieur je m’y intéresse, de là à dire que je connais…. Oui bon, vous savez si je peux trouver de pharmacies qui font des mélanges de plantes ou d’huiles essentielles ? Oui, et de lui donner les adresses et de l’inviter à aller à l’herboristerie de Palais Royal aussi (je vais aller chercher leurs cartes de visites cela fait trois fois cette semaine qu’on me pose la question !)? Ah merci, mais dites pour quelqu’un qui ne s’y connait pas, vous êtes pas mal compétente ! Merci, merci… et lui de me raconter sa vie, son œuvre et de disparaitre comme il est apparu !

Publicités

Une réflexion sur “Impromptus

  1. Hello, merci pour ce joli billet qui fait écho à une discussion d’hier soir et à la conférence de Thomas d’Ansembourg où j’étais jeudi : se connecter aux autres apporte des tas de petits bonheurs, ce n’est pas si compliqué et c’est gratuit !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s