Effrayant

depositphotos_60330563-stock-video-scientist-exploring-glacier-cave-with

Je me réveille en sursaut. il est deux heures du matin. Dehors je vois des lumières, ce n’est pas la lune, mais plutôt comme des lampes torches qui se répondraient à distance. Et j’entends des bruits de pas, feutrés, lents. Des feuilles qui crissent. Je sais que toutes les portes sont fermées mais c’est une faible protection, au mieux un retardateur. Je passe en revue mentalement les issues pour sortir. D’abord m’habiller discrètement et me rapprocher pour observer en catimini. J’ai le coeur qui bat à 100 à l’heure, la panique n’est pas très loin mais elle serait très mauvaise conseillère. Tout à coup les lumières s’éteignent. Je fais le tour de la maison à l’étage et je ne les vois nulle part. Bizarre. Au loin je vois deux phares, puis j’entends le moteur qui ronronne. La voiture est encore assez loin puis stoppe. Le moteur s’arrête, les phares s’éteignent. Ah ouf la voiture ne vient pas jusque là, elle doit être garée près de l’une des maisons au bout de la route, à un kilomètre à peu près. Je retourne de l’autre côté  vers la montagne, je reste accroupie. Les lumières sont toujours éteintes. Je me rapproche d’une fenêtre ouverte et j’entends du bruit. Je tends l’oreille et me mets à sourire. Cela broute et cela boit dans la prairie  près de la maison. Sans doute les chevreuils que j’ai vus descendre dans le vallon au coucher du soleil. J’entrouvre une fenêtre plus proche d’eux pour tenter de les voir. Zut, ils ont entendu le bruit et décampent en courant. Dans la nuit noire je n’entends plus rien que les hulottes au loin.

Je retourne me coucher, apaisée. Ah les joies de la campagne ! Tout à coup je sursaute, les lumières ont repris leur clignotement. Exactement au même endroit. Ai-je raison d’avoir peur ? Je me dis que s’il y avait des humains au bout des torches, les lumières changeraient d’endroit, elles ne resteraient pas éternellement là. A moins que cela soit de la chasse de nuit. Mas je entends aucun coup de feu. Et puis tout à coup je comprends, c’est le vent dans les houppiers des arbres qui transforme les lumières de la ferme du dessus en torches clignotantes. Ahahahah. Pleinement rassurée, je retourne me coucher et je me rendors paisiblement.

Publicités

Une réflexion sur “Effrayant

  1. Ouh la la ma pauvre
    Tu as eu bien peur et tu as su te maitriser

    Finalement, laisser une loupiote allumée au dehors la nuit ?, comme au Québec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s