Un garde-manger bien rempli

Bonjour vous êtes sur Radio-Loirs, c’est Edouarde au micro. Ce matin reportage sur notre garde-manger. Je vais aussi vous parler un peu de Morricee, la deux-pattes qui squatte de temps en temps en temps dans le verger. Oui je l’ai baptisée Morricee parce qu’elle pousse le bouchon de la nasse un peu trop loin, j’y reviendrai.
Alors cette vallée est un petit trésor tout à fait adapté aux loirs, aux écureuils, aux renards, aux chevreuils, aux martres, aux souris des champs, aux souris plus grosses et à bon nombre d’oiseaux : geais, mésanges, pic épeiche, merles, troglodytes, pigeons (si si), rouges queue, pinson des arbres, j’en passe et des pires (buses, faucons, chouettes…). Je vous ai cité à peu près tout le beau monde que vous pouvez trouver près du verger en dehors des insectes, des invertébrés et des reptiles. Nous n’avons pas de hérisson ni de taupe et en sommes fort tristes. En revanche nous avons des guêpes et des frelons et on s’en passerait bien parce qu’ils nous piquent nos fruits.
Nous autres loirs passons six mois dehors, six mois au chaud en hibernation. Autant dire que quand nous sommes dehors, pour manger, nous ne sommes pas en reste. Morricee râle parce que nous commençons à déguster les pêches quand elles sont encore vertes.

IMG_20170725_110126 Elle trouve que c’est du gaspillage mais je pense qu’elle a compris plus tard en août que nous sommes obligés de commencer avant les frelons sinon nous pourrions tout au plus y goûter. Quand les pêches sont vraiment bonnes, je suis d’accord avec elle, ben faut jouer des coudes avec les frelons. Je ne sais pas si tu t’es déjà fait piquer par un frelon mais cela fait très mal. Ils ne sont pas agressifs du tout si tu ne leur piques pas leur bouffe, mais je ne te conseille pas de les déloger quand ils mangent. Note ils sont réglos, ils n’essaient pas de nous déloger non plus. L’ennui c’est que nous ne sortons que de 21h30 à 5h30, alors qu’eux font bombance toute la journée ou presque. Et nous faisons pareil pour les figues, pour les poires, pour les cerises, pour les prunes, pour le raisin. Pour les noisettes et les noix, c’est la course de vitesse avec les écureuils et je crois que cette année nous avons perdu. Il y a vraiment très très peu de noix mais Bajingan a été très très rapide. Il a vite compris que Morricee ne ferait rien contre lui. Elle s’esbaudit de ses pirouettes de ses bonds, de ses clowneries, de sa manière de décalotter les noix.

IMG_20170826_122649

Elle a un parti pris trop favorable. D’ailleurs je lui ai dit et elle m’a rétorqué que les écureuils, eux, ne détruisaient pas l’isolation des maisons. Cela fait une grosse différence. Je ne comprends pas pourquoi elle s’énerve autant pour son toit vu qu’elle ne vient jamais au grenier. Mais bon.
Le verger est déjà bien pour subvenir à nos besoins, mais le nectar des dieux c’est le pêcher qui n’est pas au verger mais planté le long du mur de la maison, entre deux pieds de vignes (pas fameux le raisin, d’ailleurs Morricee n’a laissé murir que deux ou trois grappes.

 

 

1501702951651

Elle leur a fait le coup de la glycine). Le pêcher il n’est pas d’époque m’ont dit les anciens, c’est le précédent deux-pattes à cheveux blancs et au drôle d’accent qui l’avait planté là. Ron qu’il s’appelait m’a dit Valladolid. Et il n’aimait pas les loirs. C’est lui qui a acheté les premiers pièges et les machines à ultra son pour faire fuir les souris et les loirs (ahahahahahah bonne blague). L’ennui du pêcher donc c’est qu’il est isolé, pas moyen d’aller de branche en branche jusqu’à lui. Il faut descendre le mur de la maison à découvert, tourner à découvert et atterrir dans l’arbre. Autant te dire que les oiseaux de nuit ils ont largement le temps de nous voir. Nous attraper c’est plus difficile mais faisable. Pas plus tard que la semaine dernière il y en a un qui s’est fait zigouiller. Cela a fait un peu de raffut dans les feuilles de vigne au passage. Cela étant je dois rendre hommage à Morricee parce qu’avec ses neurones de deux-pattes, elle a eu une idée de génie, faire courir une des branches de la vigne le long du mur et aller enlacer une des branches du pêcher. Le pied ! Elle nous a fait un pont de loirs pour nous aider à aller manger les pêches. Trop bien. Et en plus elle a accroché d’autres branches de la vigne qui obscurcisse un muret sur lequel nous pouvons aller manger en nous planquant derrière les feuilles. C’est rapidement devenu un cimetière de noyaux.

IMG_20170818_194757 Elle a dit qu’elle allait essayer d’en stratifier quelques-uns. Moi je suis d’accord pour qu’elle plante d’autre pêchers dans le terrain. C’est joli au printemps et savoureux en été. Et pas besoin de le greffer, nous les pêches pas greffées on les trouve fameuses. Donc le vieux pied de vigne qui lui date de la maison, elle l’a chouchouté gentiment et il lui a obligeamment fourni quelques branches utiles pour elle et surtout pour nous. Il est si vieux qu’il ne fait plus de raisins, mais ce n’est pas grave, il nous fait un parfait rideau de camouflage.

IMG_20170818_194803
Quand Morricee a installé sa nasse avec un gros morceau d’abricot, on s’est demandé ce qu’elle faisait. Soit elle nous prenait pour des idiots, soit elle essayait de stratifier un noyau d’abricot d’une drôle de façon. On est poli, on est allé renifler mais alors franchement on sentait bien qu’il n’était pas d’ici l’abricot. Donc on n’y a pas touché. Ben oui avec tout ce qu’on entend à la télé, peut-être qu’il était empoisonné aux pesticides. Morricee, elle était trop déçue le lendemain. Elle le trouvait super bon son abricot. Ben oui peut être mais il ne pousse pas ici, on ne connait pas le gout et on a assez de bonnes choses pour ne pas se disperser. Quand elle a jeté le morceau d’abricot au compost, j’en connais qui ne se sont pas fait prier pour aller y goûter le danger passé. Le lendemain elle a essayé avec une tranche de melon. Encore un râteau pour elle, mais pas pour Souricette est allée s’empiffrer, elle s’en fiche, elle est trop légère pour déclencher la trappe. Quand Morricee est allé relever la trappe, elle a vu une peau de melons et une nuée de fourmis. Elle était déçue, mais déçue, déçue. Non mais elle croyait quoi ? Qu’on allait lui sauter dans les mains ? Elle était d’autant plus déçue que chaque matin elle trouvait un certain nombre de cadavres de pêches au sol, plus ou moins bien mangées.

IMG_20170818_194818

Valladolid, le jour où elle a installé la trappe, nous a tout expliqué. C’est le plus vieux, il va avoir 7 ans et la trappe il l’a déjà vue, et elle lui déjà piqué des frères et sœurs alors cela lui frise les moustaches de la revoir. Lui sait comment cela marche, ce qu’il faut faire, ne pas faire. Il maitrise, il sait aller manger un morceau sans se faire attraper. Il nous a expliqué mais ce n’est pas trop facile parce qu’il ne faut pas être gourmand sinon tu es fichu. Valladolid nous a dit que le mieux c’était de ne pas s’occuper de la trappe et d’aller manger les pêches tranquillou pendant qu’il en était encore temps. On peut sauter, danser sur la trappe, ou autour, ce n’est pas dangereux, mais pas rentrer dedans. Non, non, non.
Comme elle n’attrapait personne, elle a changé de technique et de lieu. Elle a rangé la grande trappe et installé des petites nasses à rat sur le muret près du pêcher. Si elle avait pu, je crois qu’elle aurait carrément installé ses nasses dans le pêcher. Nous on se marrait de la voir l’installer. On faisait les fous dans le pêcher, elle nous voyait, cela la faisait rigoler. Elle nous répétait toujours qu’on était mimi mais trop nombreux. Ses nouveaux pièges étaient beaucoup plus petits et pas possible de tricher, pas possible d’aller manger un morceau sans se faire prendre. Enfin en principe. C’est tante Peluche qui s’est faite attraper la première, avec une belle noix de l’an dernier, décortiquée et tout. Quand elle a eu fini de manger, elle a essayé de sortir mais elle ne pouvait pas. Ni en marche avant, ni en marche arrière. Elle commençait à s’énerver quand Morricee est arrivée. Elle l’a remerciée de s’être laissée attraper, a recouvert la nasse d’un grand torchon couleur de ciel et a rentré la boite.

1502259549652 Tante Peluche ne voyait plus rien, mais elle a bien compris qu’elle était prisonnière. Elle n’avait plus qu’à attendre pour voir ce qui allait se passer. Nous on a soigneusement évité la deuxième nasse et on est rentré à la queue leu leu à l’abri dans le grenier bien avant le retour du jour.
On a fait un conseil de famille. Valladolid a rappelé que Morricee avait compté six loirs qui rentraient l’autre matin, et que donc elle s’attendait à attraper cinq ou six loirs, y compris Peluche. Ce n’était pas gai. Et on ne savait pas ce qui allait se passer. Valla nous a demandé » d’être patient, d’autres loirs des environs allaient passer casser la croute et se ferait attraper à notre place. Morricee n’y verrait que du feu. Après, il est sorti pour tenter d’établir un contact avec Peluche. Ils ont échangé quelques informations et nous nous sommes endormis.

IMG_20170728_064353
Je dormais encore quand Morricee a emmené au petit matin Peluche loin, à un kilomètre de la maison. Elle l’a relâchée au pied d’un petit chêne, en lui disant qu’elle était désolée de la relâcher seule, elles n’étaient pas très loin des ânes qu’on entend parfois braire dans la journée. Peluche a hésité à sortir, elle se demandait ce qui allait lui arriver et puis elle s’est élancée et a grimpé le plus haut possible avant de s’immobiliser. Quand Morricee est partie, Peluche n’avait pas bougé une moustache, elle ne voulait pas se faire repérer le temps qu’elle analyse la situation et trouve un endroit plus protégé avant que la chaleur ne monte trop. Elle n’était jamais venue dans ce coin là de la forêt parce qu’il n’y avait pas beaucoup de fruits mais elle savait qu’elle n’était pas à des milliers de kilomètres de la maison. Elle se trouvait bien seule et un peu effrayée. Elle avait hâte que la nuit arrive pour pouvoir nous appeler et essayer de nous retrouver.

Publicités

2 réflexions sur “Un garde-manger bien rempli

  1. hu hu hu J’aime bien comment Edouarde-F se rassure à la fin…..Courage Peluche !
    On arriiive.

    Comment vas-tu te dépatouiller des 54 ou 56 …Y’a de quoi faire un beau collectif, remarque !

  2. Ahaha bonne question. Je n’ai pas des trucs à dire sur les 52. Je vais voir, je me laisse porter par les images et les souvenirs. J’ai besoin de quelques autres personnages. Sinon comment je raconte quand Édouarde se fait capturer ???!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s