Conte(s)

Bon, à force de faire des activités inattendues avec des personnes originales, je suis rattrapée par ma propre extravagance qui vient me chatouiller les pieds. Elle me propose d’écrire un fil de mots qui relie à un truc très lumineux, très loin et sacré, dans une nuit toute bleue, des contes de la nuit. Et pour cela s’invitent une grenouille, un chien à vélo, puis un hérisson, une tortue et sans doute d’autres animaux encore.

La grenouille symbolise la sensibilité, la beauté. Elle nous apporte la guérison et le bonheur, chantant et bondissant pour nous conduire à la source sacrée qui abreuve et régénère. Elle nous aidera à sentir avec tout notre âme la présence des autre, les sons et à chercher la beauté et la magie que cachent les apparences.

Le hérisson. Il est très différent. Il est d’une nature gentille et aimante. Aucune agressivité n’émane jamais de cet animal. S’il est importuné par un autre  animal, il se protège avec ses piquants. L’enseignement du hérisson renvoie aux notions de bonne volonté et de confiance. Il s’agit d’une force particulièrement puissante qui enseigne comment on peut s’ouvrir, découvrir chaque jour, et de se libérer du monde sérieux des adultes. Il sait garder la naïveté et la curiosité enfantine ainsi qu’une confiance dans le divin, qui permet que chaque chose s’arrange au mieux. Sa gentillesse et son ouverture d’esprit ouvrent les cœurs pour partager ensemble l’amour et l’amitié.

La tortue : elle promène sa maison sur son dos, elle supporte le monde. Entre eau et terre comme la grenouille à qui elle apporte une lenteur bienfaisante. Elle progresse lentement mais surement. Grâce à son intelligence, à sa ténacité et à sa persévérance, elle peut aider la grenouille  à transformer ses idées neuves et créatrices en quelque chose de réel ayant une base solide. La tortue n’aime pas la confrontation directe, elle ressent cela comme une attaque et se ferme aussitôt. Elle a une carapace qui nous enseigne comment nous protéger des blessures, de l’envie, de la jalousie et de l’inconscience des autres. Elle souligne également les dangers de bousculer le cours des choses, et la nécessité de laisser mûrir nos idées avant de les exposer au grand jour.  Sa lenteur nous indique qu’il ne faut pas précipiter les choses, que cela viendra en temps et heure. Elle nous enseigne qu’il faut protéger nos sentiments intimes et savoir se retirer en soi.

et puis Valentine, la copine déjantée qui a fait le tour du monde :

* Conte premier : D’un noir si bleu

* Conte deuxième : usages pas sages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s