Les chrysanthèmes de la Bourse

Début novembre, la station de métro Bourse a été taguée et détournée. Jeudi 10 novembre, nouveau détournement étonnant. Sur le parvis, juste à la sortie du métro, une immense guirlande de pots tricolores de chrysanthèmes : roux, blanc et jaune ou brun ou violet. Et le miracle se produit, la foule pressée ralentit, se disloque, une partie des gens s’arrête, l’autre trace imperturbablement vers son occupation matinale.

A pas menus, la foule de curieux se rapproche du grand dragon de fleurs posées sur le bitume, comme pour l’apprivoiser. Certains se penchent, d’autres cherchent le piège, et puis d’autres encore s’élancent, un pot, deux pots, trois pots à la main, dans les bras. Les badauds tout autour en sont tout esbaudis. Mon voisin me demande si, à mon avis, on peut vraiment se servir, je lui réponds que oui après avoir lu le flyer glissé dans certains pots.

Mais je reste intrigué alors je remonte des yeux le dragon fleuri, jusqu’à deux jeunes hommes qui parlent en s’agitant avec un groupe de personnes près d’eux. Certains avec de spots, d’autres non. Ces deux artisans paysagistes ont voulu faire un clin d’œil à la crise et montrer que des gestes gratuits sont encore possible malgré la crise.

Ma fibre écolo décodait un peu autrement leur flyer qui invitait à ne pas laisser le pot sur le bitume mais à l’emporter, le mettre en terre, et donner aux fleurs l’environnement dont elles ont besoin pour vivre et donner à nos yeux le plaisir de les contempler…

Publicités

Gaz de Schiste, non merci

Notre système économique est énergivore, alors on continue la course à la recherche d’énergie. Disons plutôt que les sous de la recherche vont plutôt à « comment tout transformer en énergie  » que « comment réduire drastiquement nos besoins en énergie » ou « comment produire avec moins », pour une fois pas ce n’est pas d’hommes, mais d’énergie dont il s’agit. A croire que depuis 150 ans les hommes ont oublié qu’ils avaient des limites, et la nature aussi.

Dans cet aveuglement, l’exploitation des gaz de schiste est présenté par certains comme une manne (les ricains, les russes et…). En oubliant le désastre écologique que c’est. Pour preuve les habitants de Pennyslvanie cités dans le  Monde qui doivent désormais se faire livre de l’eau potable parce que l’eau autour de chez eux est irrémédiablement polluée et impropre à la consommation.

En France une mobilisation a commencé fin décembre, s’intensifie depuis janvier. le Monde 2 a eu la très bonne idée de sortir cette semaine un dossier sur ce thème avec entrevues de José Bosé et de Fabrice Nicolino qui a lancé l’alerte des premiers travaux d’exploration signés Fillon-Sarkozy. Et oui !.

Pour José Bosé et Fabrice Nicolino,  cela fait un moment qu’ils sont mobilisés, pour preuve les trois articles de Fabrice sur son excellent blog Planète sans visa

Pétrole et gaz de schistes

Relais de l’article du Monde 2

Une pétition de combat pour demander le moratoire sur la prospection des gaz de schiste

Pour signer cette pétition tout simplement , c’est par là

Pour lire la chronique des désastres annoncés de l’autre côté de la mare aux canards, c’est là, chez Moukmouk.

Vous ne vous sentez pas concernés ? Je vous invite à visualiser ce documentaire éprouvant en anglais intitulé Gasland, c’est là. Un remake de Erin Brockovich, malheureusement/